Les pensionnaires de ONCE UPON A ME sont encore beaucoup plus surprenants que ce que vous pouvez imaginer ...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ.

Partagez | 
 

 « Oui, salut à toi aussi chéri. [Pv Dight]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Drathir Linath
▌TOUJOURS PAS DE RANG ?

avatar
Messages : 11
Date d'inscription : 25/01/2011

CE QUE VOUS NE SAVEZ PAS SUR MOI !
Orientation Sexuelle: Hétéro'
Surnom: A toi de voir
Relations:
MessageSujet: « Oui, salut à toi aussi chéri. [Pv Dight]   Mer 26 Jan - 16:29

Drathir & Deaclane


    C’était une sensation désagréable. Sentir les rayons du soleil lui brûler les yeux malgré le fait que ses paupières soient fermées. Malgré les rideaux clos eux aussi. Mais non, cela n’empêchait pas quelques rayons de passer dans le seul but de l’emmerder. Dans un grognement la jeune femme ramena les couettes contre elle, par-dessus son visage, afin de se protéger. Ce ne fut qu’au bout de plusieurs minutes qu’elle risqua un coup d’œil vers l’extérieur de son lit, plus précisément vers le réveil. 11h passé. D’ordinaire la blonde aurait probablement soupiré, patientée encore une bonne demi-heure sous les couvertures, et aurait finalement daigné lever ses fesses de là. D’ordinaire. Seulement aujourd’hui était un jour nouveau, un jour différent, et surtout un jour où elle ne pouvait pas se permettre le moindre retard. Parce qu’aujourd’hui, elle devait dégager … quitter cette piaule. On appelle ça : déménager. Enfin, ce n’est pas comme si changer de chambre était un grand bouleversement dans la vie de la blonde, mais quand même. Cela signifiait qu’elle devait ranger la pièce, récupérer toute ses affaires afin de les mettre dans un sac, vérifier que tout était niquel derrière elle, puis se tirer. Autant vous dire que venant de la part d’une fille désordonnée au possible, c’était presque mission impossible. Surtout qu’elle devait faire tout ça en moins de vingt minutes, étant donné que le futur propriétaire de la pièce devait se pointer vers 11h20. Formidable. Dans un grognement rageur Drathir repoussa les couettes loin d’elle, avant de se lever soudainement. Comme quoi, y avait rien de mieux que ce genre de déménagements pour vous donner la pêche. Et pour vous mettre de mauvaise humeur, accessoirement.

    Désormais debout, en sous vêtement, la demoiselle s’habilla en quelques secondes, se contentant d’un débardeur noir et d’un short de la même couleur avant de commencer à faire le vide dans la chambre, récupérant tout ce qui était à elle avant de le mettre dans un sac. Tout en essayant de ranger l’ensemble correctement, afin de ne rien perdre – si si, elle en serait capable – une fois qu’elle devra de nouveau tout déballer. Non mais sérieusement, elle doit juste aller dans la chambre qui se trouve à trois pas de celle qu’elle occupait jusqu’alors. Pitoyable. Et tellement agaçant qu’elle en avait presque envie de mettre la piaule dans un état lamentable, juste histoire de faire chier le futur propriétaire des lieux. Mais elle se retint, de justesse certes, mais elle se retint. Et parvint finalement à tout faire tenir dans son sac à 11h20. Pile poil. Et ce fut à ce moment précis qu’un jeune homme arriva afin de prendre sa place, sans même le saluer elle lui refila les clés et se tira, sans même un regard pour le nouveau venu. En fait elle ne savait pas trop pourquoi elle devait faire un tel changement. Enfin si, on lui avait expliqué que sa chambre pouvait accueillir deux personnes, et que justement deux nouveaux arrivants avaient voulu se mettre ensemble. Si bien qu’elle avait du dégager, sans autre forme de procès, afin de squatter une autre chambre qui se trouvait déjà être occupée par une autre personne. Les joies de la collocation. Ah lalala, elle espérait vraiment qu’elle parviendrait à s’entendre avec son futur compagnon de chambre, sinon ça allait vite devenir l’enfer. Ouais, et elle espérait également qu’elle ne tomberait pas sur un violeur ambulant. En toute sincérité cela ne la dérangeait nullement que de devoir occuper le même loft qu’un mec, tant que ce dernier respectait l’espace privée de la blonde. Elle ne demandait rien de plus. A côté il pouvait être dealer, pervers, meurtrier et j’en passe, peu lui importait tant qu’il lui fichait la paix. Et tant qu’il lui laissait la télé le soir… Hum.

    Bref. Désormais devant la porte de l’endroit qu’elle devrait désormais habiter, Drathir observa la porte sans un mot, toujours le sac à la main, avant de finalement déposer sa main sur la poignée afin d’abaisser cette dernière pour –enfin- pénétrer à l’intérieur du loft. Ouais on connaît la règle, faut frapper avant d’entrer, sonner ou même annoncer sa présence une fois qu’on a franchit le seuil. Mais, non… Après tout, c’était désormais chez elle non ? Bref, peu importe. A peine avait-elle pénétrée à l’intérieur de l’endroit que c’était partit pour une inspection totale. Elle observa donc tout d’abord la salle de séjour, un canapé trônait dans un coin, face à la télé, des poufs étant répartis autour. Une chaine hifi se trouvait également là et la blonde esquissa un mince sourire. Elle espérait de tout cœur que son coloc’ avait les même gouts musicaux qu’elle, sinon il allait franchement en baver. Parce qu’elle était du genre à mettre la musique à fond, histoire de l’entendre même lorsqu’elle était sous la douche. Drathir s’avança donc encore d’un pas, jeta un coup d’œil à la cuisine avant que son attention ne soit accaparée par une boule de poil à ses pieds. Vrillant ses prunelles vertes vers le sol, elle découvrit donc un furet qui semblait vouloir se frayer un chemin entre les jambes de la belle, direction la sortie. Dans un sourire, la blonde referma donc soigneusement la porte et eu même l’impression que l’animal lui jetait un regard noir, soudainement frustré à l’idée de ne pas pouvoir sortir. Ouais bah hein, ça ce n’était pas son problème. La bestiole n’avait qu’a aller dans la salle de bain et prendre une petite douche, ou bien patauger dans l’eau tiens, c’était fun non ? Quoi qu’il en soit cela n’empêcha pas Drathir de fixer l’animal. Elle aimait bien les animaux, mais seulement ceux des autres. Elle ne se voyait pas du tout en avoir un à elle, devoir s’en occuper régulièrement et j’en passe. Pourtant elle les aimait bien, et tout particulièrement les rongeurs ou autre bête poilues du genre. Le furet n’était pas un rongeur, certes, mais restait un animal tout particulièrement plaisant à ses yeux.

    Peu importe. Déposant tranquillement son sac près d’elle, la demoiselle finit par s’accroupir en face de l’animal. Cependant elle ne le caressa pas, déjà parce que l’animal ne la connaissait pas et que si jamais il désirait vraiment des câlins en tout genre, il avait qu’a demander hein. Elle ne ferait pas le premier pas, si j’ose dire… Cela ne l’empêcha pas de fixer encore un moment l’animal, avant de se mettre à lui parler, l’ombre d’un sourire aux lèvres. Ouais, elle était probablement folle de parler à une bestiole, en sachant que cette dernière ne lui répondrait pas, mais franchement elle s’en foutait.


    « Salut toi… Tu sais pas si ton compagnon sur deux pattes est dans le coin, par hasard ? »

    Compagnon sur deux pattes… Ou façon détournée de parler du jeune homme qui habitait déjà l’endroit. Peu importe. Elle savait parfaitement que le furet ne répondrait pas, bien qu’un petit cri lui échappa, comme en guise de réponse. Réponse qu’elle ne comprit pas évidemment, et c’est pour cela qu’elle finit par lever les yeux, observant ce qui l’entourait. Si ce mec était ici, il l’aurait probablement entendu maintenant, à moins qu’il ne soit du genre à se lever qu’en milieu d’après midi, tout en possédant un sommeil de plomb. Ou bien il était peut être sortit aussi, qui sait. Dans ce cas elle commencerait à s’installer tranquillement.


Dernière édition par Drathir Linath le Mer 26 Jan - 22:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dight D. Deaclane
▌TOUJOURS PAS DE RANG ?

avatar
Messages : 29
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 25
MessageSujet: Re: « Oui, salut à toi aussi chéri. [Pv Dight]   Mer 26 Jan - 20:55

    Les brunes, ne pas compter pour des prunes ? Peut-être. Mais celle qui me faisait face était une vraie quiche. Mais pas de celles qui font quelques idioties, non. Celle-ci était une hors catégorie, une winneuse. Le pire, c’est que j’étais obligé de l’écouter déblatérer toutes ces conneries parce que j’avais besoin d’elle. Méchant ? Moi ? Totalement. Je me servais des sentiments que me portait cette jeune fille à mon avantage. Un vrai connard. A ma déchargé, j’étais énervé. Non, plutôt irrité. Par quoi ? Une nouvelle charge. Une fille allait partager mon appartement.

    Sans que j’ai mon mot à dire. Ce sont des coups contre ma porte d’entrée qui m’avaient tiré de mon sommeil. Se faire réveiller de la sorte … pas la meilleur façon pour commencer la journée, croyez moi. Bref, je m’étais rapidement levé pour ouvrir la porte à la volée et ô surprise, personne. Refoulant la colère qui m’avait submergé, j’avais baissé les yeux lorsque mes pieds étaient rentrés en contact avec du papier. C’était une note qui m’informait tout simplement que j’allais devoir partager mon appartement avec une colocataire. Un réveil comme on en rêve, je vous jure ! Mais ce n’était pas fini, loin de là ! Vous savez, lorsque vous recevez des lettres comme celles-ci, il y a toujours les petites lignes qui sont faites pour être discrète, n’est ce pas ? Et bien cette lettre en était pourvue. Grâce à l’argent que contenait cette lettre, je devais lui acheter un cadeau de bienvenue … Mais GENRE !


    « - C’te foutu pensionnat se fou de moi ou quoi ?! Dis-je en gueulant presque. Ils me prennent pour qui merde ? Tout ça parce que j’ai eu le malheur de répondre positivement à leur foutu questionnaire concernant les colocataires ! Donnez un billet de 100 balles contre la famine en Ethiopie et vous devenez immédiatement mère Theresa !

    Froissant la lettre dans ma main, je la jetais rageusement dans la poubelle. Posant mon dos contre le mur je réfléchissais à la situation. Je n’avais pas besoin de ranger mon appartement, point positif pour une personne maniaque dans mon genre. La poussière était faite, ainsi que l’aspirateur. La vaisselle était lavée et rangée, sans oublier que la pièce était régulièrement ouverte. Bref, aucune corvée de ménage. Restait maintenant la question du cadeau de bienvenue … Je pouvais très bien prendre la décision de me désister et ne pas les écouter. Et après ? Cette personne allait vivre avec moi pour un bon bout de temps, non ? Le bon sens voulait donc que j’essaye au moins de faire un effort.

    « - Bah bien sur, comme ci je n’avais que ça à faire ! Dis-je à haute voix en soupirant. Oh ! Dis-je quand une idée fit surface. Prenant mon portable, j’ouvris mon répertoire et attendis les quelques bips … Hey salut Jessica, c’est Deaclane. Ouai ce Deaclane là. Parce qu’il en existait deux peut-être ? Je voulais savoir si tu étais tentée de sortir cet après-midi … Oh, alors on se retrouve devant l’immeuble dans genre … dix minutes, ca te va ? Mais non, je suis sur que tu seras très bien ! Même une tonne de maquillage ne pourrait rien y faire, la pauvre. A tout de suite. Lui dis-je en coupant la ligne alors qu’elle n’avait pas terminé de parler.

    Elle m’avait fatigué. Si rien que le fait de lui parler me fatiguait, j’appréhendais la journée à venir … Et c’est comme ça je me retrouvais dans cette situation, avec cette idiote qui continuait de déblatérer comme ci le fait que son amie machin-chose lui ait dit quelque chose de vexant m’intéressait ! Bref, posant ma main contre sa joue, je lui coupais la parole avec ce simple contact. Passant ma tête près de son oreille je lui adressais la parole.

    « - Toi qui es une fille, quel cadeau te ferait le plus plaisir si tu venais à t’installer chez un homme? Disons, chez moi … Dis-je d’une façon sensuelle et charmeuse. Evidemment, elle tomba dans le piège et me répondit tout de suite.

    « - H-heu … j-je dirais … Une peluche ! Oui, une jolie peluche qui-

    « - Okay, bon, c’est pas que je m’ennuis … En fait, si. J’te souhaite une bonne journée.

    Cette phrase dite, je reculais pour repartir dans le sens inverse. Une peluche ? C’était quoi encore cette connerie ? Comme ci le fait de recevoir une peluche pouvait être … gentil. Au final, elle ne m’avait servie à rien. Soupirant, je pris la direction du pensionnat. Pour m’arrêter devant une vitrine. J’avais mon cadeau devant les yeux. Vingt minutes ? Peut-être trente. C’est le temps qu’il me fallut pour rentrer chez moi. Elle n’était pas encore là, tant mieux. Posant mon cadeau sur la commode de ma chambre, je retirais ma veste, ainsi que ma chemise. Je m’affalais sur mon lit, fermant les yeux un court instant. J’avais été réveillé de façon matinal et je n’avais pas mon cotât de sommeil … Ce fut le bruit d’une porte qui s’ouvre qui me réveilla. Ma colocataire … Soupirant, je me levais rapidement afin de visualiser celle qui venait d’entrer.

    Grande et blonde, elle était incontestablement jolie. Je devinais tout de suite que cette apparence ne cachait pas le stéréotype de la blonde, mais tout le contraire. J’avançais vers elle et prit la parole quand elle s’adressa à Stella.

    « - Je dirais plutôt que j’en possède trois … Dis-je en souriant de façon tendancieuse. Tu dois être ma colocataire … Bon, ben moi c’est Deaclane et toi ? Croisant mes bras sur mon torse nu, j’attendis la réponse. Le cadeau ! Fonçant droit dans ma chambre, j’en ressortis l’instant d’après en m’approchant d’elle. Tiens, dis-je lui en tendant.

    Alors qu’est ce que c’était ? Tout simplement un pot de Nutella et un lys blanc. Pas très original, je sais, mais après tout, je m’adaptais comme je le pouvais. Reprenant ma position contre le mur, je la fixais en attendant qu’elle prenne la parole à son tour. Je devais faire mauvaise impression avec mes cheveux en batailles, mon torse nu … mais je m’en fichais TO-TA-LE-MENT.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drathir Linath
▌TOUJOURS PAS DE RANG ?

avatar
Messages : 11
Date d'inscription : 25/01/2011

CE QUE VOUS NE SAVEZ PAS SUR MOI !
Orientation Sexuelle: Hétéro'
Surnom: A toi de voir
Relations:
MessageSujet: Re: « Oui, salut à toi aussi chéri. [Pv Dight]   Mer 26 Jan - 21:32

    Au final elle n’avait pas vraiment besoin de réponse de la part du furet, car un jeune homme finit bien vite par apparaître, quittant une pièce afin de s’adresser à elle, en s’avançant dans sa direction. Les prunelles vertes de la blonde se posèrent instantanément sur lui et ce fut sans la moindre gêne qu’elle l’étudia du regard, de haut en bas. Torse nu, les cheveux en bataille, il était… canon, ouais, fallait dire les choses telles qu’elles étaient hein. Cependant elle n’avait pas la moindre envie de le lui dire, après tout il devait être poursuivi par une horde de filles – plus ou moins intéressantes – qui étaient attirées par le côté Bad boy qui se dégageait de lui. Côté qui était accentué par les quelques cicatrices qui ornaient le corps de l’individu. Inutile donc qu’elle n’aille en rajouter une couche en flattant un égo probablement surdimensionné à l’heure qu’il est. Enfin, il s’agissait là de son humble avis… Elle n’avait pas encore le don de connaître les gens en un seul coup d’œil.

    Les premiers mots du jeune homme la firent légèrement sourire, même s’il s’agissait plutôt de ces sourires ironiques et moqueurs qui vous annonçaient déjà que la réplique que la blonde allait vous balancer à la gueule serait tout, sauf plaisante. Oui, encore une fois elle n’allait pas flatter l’égo de son colocataire, loin de là. Drathir finit donc par se redresser, jetant un dernier coup d’œil à l’animal à ses pieds, avant de se relever pour de nouveau fixer le jeune homme qui lui faisait face. Ce dernier finit par se présenter, avant de croiser ses bras sur son torse. Hum, dommage, ça gâchait la vue. Quoi qu’il en soit, la jeune femme finit par répondre, toujours l’ombre d’un sourire narquois aux lèvres, alors que sa voix était teintée de cette ironique, cette moquerie qui lui était propre. Ouais, pour la supporter il fallait vraiment avoir de l’humour, parce qu’elle était rarement sérieuse. Au contraire, elle semblait constamment se foutre de la gueule de tout le monde… Sauf de la sienne, évidemment.

    « Et moi je continue à dire que tu n’en as que deux. Sinon moi c’est Drathir, enchantée. »

    Deaclane hein ? Joli prénom, pas commun en tout cas. Du moins pas à ses yeux. Quoi qu’il en soit le jeune homme ne s’arrêta pas, filant aussitôt dans sa chambre sous le regard surpris de la blonde, qui le vit finalement revenir vers elle. Un pot de Nutella et un lys blanc en main. Elle éclata brutalement de rire devant le cadeau. D’accord, elle pouvait au moins affirmer, sans trop douter, qu’il n’était décidément pas un de ces mecs toujours amoureux de quelqu’un, limite guimauve, à offrir des cadeaux romantiques. Enfin, la fleur pouvait tout de même faire penser à un minimum de romance, mais l’image était tout simplement détruite par la présence du pot de Nutella. Au final, l’idée n’était pas bête du tout, car la blonde était bien plus fan de la friandise qui vous faisait prendre trois kilos, que par la fleur. Elle n’aimait pas spécialement les fleurs, et trouvait ces dernières inutiles… Après tout, ça fanait en même pas une semaine. Bon ok, le pot de Nutella serait également finit au bout d’une semaine, mais au moins il aura servit lui ! Une fois la surprise passée, la demoiselle cessa de rire mais conserva un sourire amusé aux lèvres. Tranquillement elle s’empara des deux présents avant d’ajouter.

    « Tu as l’air d’être un spécialiste pour trouver les cadeaux qui font plaisir. Mais merci, j’espère que t’as le pain qui va avec ? »

    Elle souleva légèrement le Nutella. Ouais, disons qu’elle n’était pas du genre à bouffer ce dernier à la petite cuillère, c’était écœurant à force, et elle préférait largement l’étaler sur une bonne tartine, ou de la baguette. Au choix. Et, sans un mot de plus, elle s’éloigna en direction de la cuisine afin de ranger la bouffe, tout en gardant la fleur dans la main. Ok, bon elle faisait quoi de ce truc maintenant ? Résistant à l’envie de la jeter – ce ne serait pas très sympa et elle se devait également de faire des efforts – elle finit par la poser sur le comptoir de la cuisine, pour finalement de nouveau se tourner vers le jeune homme, qu’elle étudia de nouveau du regard. Sans tenter de se cacher, encore une fois. Oui si les mecs avaient le droit de mater les filles sans éprouver la moindre gêne, pourquoi le contraire serait impossible hein ? Tss, vive la société machiste et sexiste tiens. Revenant sur ses pas, la belle finit par s’emparer une nouvelle fois de son sac, effleurant le furet du bout des doigts au passage, dans un sourire, pour finalement de nouveau se tourner vers Deaclane. Plongeant son regard dans le sien, elle demanda donc.

    « Hum ok, c’est laquelle ma chambre ? »

    Elle ne l'avait pas lâché du regard, tranquille, lui faisant face alors qu'il était de nouveau adossé contre un mur. Quoi qu’il en soit, plus elle l’observait, et plus elle estimait qu’il s’agissait probablement d’un profiteur. Profiteur de quel genre ? Aucune idée pour le moment, c’était juste l’impression qu’il dégageait. Et franchement elle ignorait totalement ce que cette collocation allait donner. C’était quitte ou double. Ça passe ou ça casse. Même si elle espérait que ça passerait… Parce que ça la ferait vraiment chier de se lever chaque matin en se disant que dans la chambre d’a côté dormait un connard qu’elle ne pouvait pas voir en peinture. Bref… ce serait à découvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dight D. Deaclane
▌TOUJOURS PAS DE RANG ?

avatar
Messages : 29
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 25
MessageSujet: Re: « Oui, salut à toi aussi chéri. [Pv Dight]   Dim 30 Jan - 16:16

    La jeune blonde qui me faisait face était tout ce qu’il y a de plus intéressant. Elle remplissait tous les critères sur lesquels je me basais pour draguer. Il se dégageait d’elle un mélange de beauté, de froideur et de dureté. Un de ceux qui m’attiraient comme un feu de bois attire un papillon de nuit … La jeune fille me scruta sans aucune gêne, ce qui m’arracha un sourire en coin. Elle ne faisait pas partie de la catégorie qui regardait en coin pour être discrète, alors que la plupart du temps elles ne l’étaient pas. Bref, sans en être sur, je devinais qu’elle ne devait pas être du genre à détourner les yeux. Non, bien au contraire … j’étais persuadé que lorsque son regard captait celui d’une personne, elle ne lâchait pas.

    Un fin sourire s’afficha sur le visage de la blonde lorsqu’elle entendit mes premières paroles envers elle. Etrange … j’avais l’impression de me voir en elle. Car ce sourire était l’un des miens, celui réservé pour les réponses mordantes et ironiques. Chose que confirma sa voix lorsqu’elle me répondit avec ce brin d’ironie et de moquerie. Je commençais à croire que nous avions certaines choses en commun … Passant une main dans mes cheveux, je mis l’autre dans ma poche avant de lui répondre avec la même ironie et le même regard.


    « - Oh ? Et bien je devrais donc te prouver le contraire … ? Dis-je en plissant mes yeux tout en la fixant.

    Ainsi donc, ma nouvelle colocataire s’appelait Drathir. Un nom peu commun, mais intéressant. Il me donnait l’impression de refléter … je ne sais pas, une sorte de puissance. Bah ! Voila maintenant que je prenais à donner des significations aux prénoms … Sa réaction face à mes cadeaux de bienvenue me laissa de glace. J’avais passé une sale journée à essayer de trouver une idée. J’étais même allé jusqu’à inviter cette … pot de colle, rien que pour avoir un avis féminin. Et pour quoi ? Un fou rire. Elle était éclatée de rire. Avant que je lui lance une réplique acerbe, elle se contrôla, tout en gardant ce même sourire ironique. Un compliment … ou pas hein.

    « - Et bien d’habitude je donne mon corps. Mais ne sachant pas comment tu étais physiquement … Enfin, tu connais le proverbe, mieux vaux prévenir que guérir hein. Et fais attention en mangeant, ce serait dommage que tu t’étouffe … Une légère note d’ironie et un léger sourire en coin. Ouais, il y en a sur le comptoir, du frais.

    Il était hors de question de manger du pain de la vieille … Une salle habitude que je conservais. Drathir partis dans la cuisine, posa la fleur sur le comptoir et, sans savoir comment, j’étais persuadé qu’elle avait été tentée de la jeter. Bon, en même temps, je devais avouer que la fleur … ca faisait un peu kitch. Sa chambre hein … Souriant à pleine dent, je lui répondis en la fixant chaleureusement.

    « - Et bien … Tu as plusieurs options. Tu peux dormir par terre, avec un panier et une couverture je suppose que ca ferait l’affaire, non ? Ou sinon, il y a la chambre voisine avec sa salle de bain … Et tu peux encore venir dormir dans la mienne. Enfin dormir … façon de parler.

    Je devais avouer que … je m’amusais bien. Trouver une personne avec le même mental que vous était une chose rare. Aussi, c’est en continuant de la fixer que j’attendis sa réponse. Puis, je me rappelais qu’il me restait de l’argent pour les cadeaux que j’étais supposé acheter. Lentement, une idée commençait à germer dans mon esprit, mais je préférais attendre sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drathir Linath
▌TOUJOURS PAS DE RANG ?

avatar
Messages : 11
Date d'inscription : 25/01/2011

CE QUE VOUS NE SAVEZ PAS SUR MOI !
Orientation Sexuelle: Hétéro'
Surnom: A toi de voir
Relations:
MessageSujet: Re: « Oui, salut à toi aussi chéri. [Pv Dight]   Dim 30 Jan - 17:57

    Amusante. La situation était tout simplement amusante. Lorsqu’elle balançait quelques mots acides, sur un ton narquois et moqueur, le jeune homme s’empressait aussitôt de répliquer, une nette ironie suintait également de chacun de ces mots. Ça promettait dis donc, mais ce n’était pas pour lui déplaire. Lorsque le brun lui avait proposé de prouver qu’il avait bien trois jambes, et non deux, la blonde se contenta d’un sourire narquois, le regard brillant. Comme si elle le mettait au défi d’essayer. C’est ce qu’on appelle jouer avec le feu, car elle ne doutait pas que son nouveau colocataire soit assez… impulsif, et capable de beaucoup de choses. Il n’avait pas l’air d’être du genre à demander l’autorisation non plus. Mais peu importe. Alors qu’elle déposait le pot de Nutella sur le comptoir de la cuisine, les paroles acerbes de Deaclane lui parvinrent nettement aux oreilles, et accentuèrent son sourire. Un sourire qui devint plus provocateur, alors qu’elle daigna lui jeter un coup d’œil amusé.

    « Oh, si je venais à m’étouffer, ne viendrais-tu pas me sauver ? Et je suis choquée de voir que tu ne jures que par le physique, la beauté intérieure, tu connais pas ? »

    La bonne blague. Beauté intérieure … Tout le monde en parlait mais personne n’y prêtait vraiment intention. Tout ce qui comptait, c’était les apparences, la beauté extérieure en somme. Quoi qu’il en soit, c’était donc toujours avec ce ton même ironique qu’elle avait prit la parole, avant donc de revenir vers le jeune homme, se postant juste en face en lui avant de planter ses prunelles vertes dans les siennes. Lorsque, innocemment, elle lui avait demandé quelle chambre était la sienne, il s’empressa évidemment de lui répondre, sourire aux lèvres. Utiliser sa chambre à lui hein ? Décidément il ne perdait pas une seule occasion et alors que certaines auraient pu trouver ça lourd au possible, de son côté Drathir trouvait ça amusant. Cette franchise, le fait de ne pas tourner autour du pot ou de faire des allusions vraiment trop complexes, lui plût aussitôt. Elle n’avait que rarement l’occasion de tomber sur des personnes qui lui disait de but en blanc qu’il était plus du genre à offrir son corps que des fleurs.

    Et il attendit une réponse, sans cesser de la fixer. Il avait vu juste sur ce point, la blonde n’était pas du genre à détourner le regard ou à baisser les yeux. Jamais. Selon elle c’était une preuve de gêne, de timidité ou de honte. Et j’en passe. Donc il était hors de question qu’elle ne détourne le regard en cet instant, bien au contraire. Tout d’abord silencieuse, elle finit par agir. Lentement elle remonta sa main à la hauteur du ventre du brun, afin de la déposer sur sa peau, doucement. Puis elle commença à faire courir –ou plutôt marcher- ses doigts le long de son torse, remontant tranquillement, lentement. Sans le lâcher du regard, et sans se départir de ce sourire ironique. Une fois ses doigts arrivés en haut de son torse, elle se stoppa et finit par rapprocher son visage, le stoppant à quelques centimètres du sien, avant de reprendre la parole dans un murmure narquois.


    « Hum… Je vais prendre la chambre libre alors. De toute manière, tu finiras bien par prendre le risque de m’y rejoindre. Enfin… uniquement si je te plais physiquement, si j’ai bien compris. »

    Prendre le risque… Oui. Je vous disais que Drathir jouait avec le feu, constamment. En faisant ainsi glisser sa main le long de son torse, en insinuant qu’il finirait par la rejoindre. Mais c’était un risque oui, car malgré toutes ces paroles… qu’est ce qui vous dit qu’elle tolérerait la présence du brun dans son lit ? Ah lala, les femmes. Compliquées n’est ce pas ? Et chieuses au possible. Quoi qu’il en soit la blonde rompit brutalement le contact, reculant son visage tout en retirant sa main du torse du jeune homme. Toujours l’ombre d’un sourire aux lèvres elle finit par se détourner de lui, toujours son sac en main, afin de se diriger vers sa chambre. Elle en franchit le seuil mais ne s’aventura pas plus loin, s’accoudant contre le mur avant de laisser son sac à terre, jetant un coup d’œil à l’endroit. La pièce était éclairée, les rayons du soleil pouvant largement passer par les fenêtres. Simple, on retrouvait donc une armoire ainsi qu’une table de nuit. Et un lit, deux places évidemment. Et ce constat la fit légèrement sourire. Dans un soupir elle finit cependant par se détourner de la chambre, la quittant tout en laissant son sac. Elle le viderait plus tard, déjà parce qu’elle avait vraiment la flemme, et puis qu’il faisait trop beau pour passer du temps à ranger ce qu’elle avait défait quelques minutes plus tôt. Elle revint donc vers le jeune homme, glissant ses mains dans les poches de son short, avant de jeter un coup d’œil au brun. Et maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: « Oui, salut à toi aussi chéri. [Pv Dight]   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Oui, salut à toi aussi chéri. [Pv Dight]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
.Once Upon a Me. :: INSIDE - STAIRS&STAGES :: ◇Troisième Plancher :: ─ Dortoirs des FIGHTERS :: #O2 ─ Loft de Dight D. Deaclane et Drathir Linath.-
Sauter vers: