Les pensionnaires de ONCE UPON A ME sont encore beaucoup plus surprenants que ce que vous pouvez imaginer ...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERMÉ.

Partagez | 
 

 Un Début de Journée Chaotique [PV Deaclane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ariel S. Chevalier
☼ CURE | • AN ALCOHOLIC HEALER •

avatar
Messages : 13
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 25

CE QUE VOUS NE SAVEZ PAS SUR MOI !
Orientation Sexuelle: Bisexuel ?
Surnom: Blondie, Blondinet.
Relations:
MessageSujet: Un Début de Journée Chaotique [PV Deaclane]   Dim 23 Jan - 0:34

• Un Début de Journée Chaotique •


• Ariel S. Chevalier • Dight D. Deaclane •


La troupe de petites mouches habillées de salopettes roses à pois verts et armées de pissenlits géants fondait sur le château en forme de pastèque violette, et ce dans un ronronnement assourdissant. La Fin était proche, et le vacarme grandissait en même temps que cette sombre fatali…Quoi ? Ariel fronça les sourcils et se tortilla sur place. L’une de ses paupières tressauta et il ouvrit un œil vitreux. Ah. Non. Ce n’était ni une invasion d’insectes ni la fin du monde, mais juste son portable qui vibrait. Si le bruit était plutôt discret, même très discret, dans la réalité, dans l’univers des songes, il avait eu l’impression d’avoir un millier de perceuses juste à côté de l’oreille. Peut-être une prémonition, un sixième sens qui lui aurait soufflé de se réveiller vite-fait, mais à sa manière. Le blondinet plissa le nez et referma les yeux quelques instants. Il n’avait jamais été du matin. Même si, en l’occurrence, le « matin » tenait plus lieu de nuit, là. Par habitude, il savait que son téléphone était réglé pour vibrer à une heure totalement indue pour la plupart des gens. Et ça comprenait les lèves-tôt qui aimaient faire leur jogging dans le brouillard du matin. Personne ne devait le croiser sur le trajet qui le ramènerait à son antre. Personne. Oh, certes, il était encore tout à fait imbibé, et donc tout à fait gentleman, mais le temps était maintenant compté. Comme un niveau de jeu vidéo avec un petit chrono sur le côté : il pouvait prendre un peu de temps pour réfléchir, mais s’il commençait à trainer, c’était « Game Over ». L’alcool commencerait alors à déserter son corps et la Phase II le quitterait aussi sûrement qu’un chat devant la perspective d’une douche froide.

Bref, pas possible de trainer encore un peu dans ces draps si confortables. Il devait se lever. Maintenant. Ses deux paupières s’ouvrirent d’un coup, dévoilant ses lentilles dorées qui ne le quittaient presque jamais. Oui, même pendant le « genre d’activité » qui avait eu lieu dans cette chambre. La seule personne qui pouvait voir ses véritables yeux était son miroir, et cela ne durait jamais bien longtemps. Ou à la limite sa table de chevet, quand il les retirait pour achever sa nuit, une fois rentré dans ses quartiers. Machinalement, il tâta son flanc à la recherche d'une poche et des bonbons à la menthe qu’elle contenait. Ses doigts ne palpèrent qu’une surface douce, et non pas le tissu d’un pantalon qui était certes agréable au toucher, mais pas de cette manière-là. Ce qu’il touchait maintenant était sa peau. Ariel soupira. Oui, forcément, il était encore à poil. Et à moins qu’il ait changé de pouvoir pendant la nuit, il ne pouvait pas stocker d’objets sans ses vêtements. Bon. Il était vraiment temps de partir d’ici. Le blondinet bougea légèrement et s’aida de ses coudes pour se relever. Enfin. C’est ce qu’il aurait voulu faire. Mais une poigne de fer l’empêchait de se décoller de plus de quelques millimètres du matelas. Que ? L’adolescent battit des cils comme une jouvencelle en fleur, surpris. Allons bon, que faisait ce bras-là exactement ? Aucune réponse à sa question muette ne lui fut soufflée. Mais une respiration l’informa que le bras était bien relié à quelque chose et que donc...Sa conquête de la nuit avait soit quelques besoins possessifs, soit envie de le transformer en peluche grandeur nature. Et honnêtement, aucunes des deux perspectives ne l’arrangeait. Utilisant le bras qui n’était pas coincé contre la masse endormie, il tenta de défaire la solide emprise de façon délicate. Discrète. Et douce...Mais bordel ! C’était quoi cette poigne de cinglé ?!

Atterré et un brin affolé, il fallait le dire, Ariel fit les gros yeux et se mit à battre des jambes dans l’espoir de faire lâcher prise à cet étau puissant. Pour le coup, il avait même réussi à dégager le bras qui était immobilisé, mais même en se tortillant et en imitant un semblant de nage façon grosse grenouille, il n’arrivait à rien. Rassemblant ses maigres forces, il tira de nouveau, plus fort que jamais, usant de ses deux mains à la fois et…Il se retrouva par terre avec un boucan de tous les diables. Ah bah bravo pour la discrétion ! Le blondinet jeta un coup d’œil inquiet au lit, mais rien n’avait bougé. Il avait encore probablement une maigre poignée de secondes, ou de minutes, avant que la présence endormie ne se réveille. Pas de temps à perdre. Il se releva d’un bond et chercha à localiser son boxer noir. Ce qui, tout compte fait, s’avérait être une tâche assez ardue. Dans le feu de l’action, les vêtements avaient volé et avaient été jetés un peu n’importe où. Ses yeux tombèrent sur une masse sombre, un peu plus loin. Bingo ! Il se précipita dessus. Mais quelque chose vint se glisser vicieusement sous son pied, et il trébucha, s’étalant sur le sol de façon peu glorieuse. Ariel claqua sa langue contre son palet. Si la Phase I aurait été éventuellement indifférente ou un peu agacée d’une telle maladresse, le gentleman supposément élégant qu’il était, était tout simplement horripilé par la chose. Une telle bêtise ne lui ressemblait pas. Vraiment pas.

Quasiment à l’aveuglette, il farfouilla de sa main le sol pour trouver le responsable d’une telle déconfiture et ne put que hausser un sourcil en le découvrant. Un boxer. Pas le sien. Donc, il avait couché avec un homme. Oh, ça ne le choquait pas. Il avait l’habitude, aimant varier les plaisirs, autant par l’apparence que par le sexe de son partenaire. Mais quand même, trébucher sur un sous-vêtement, c’était d’un risible. Ariel poussa plus loin le boxer, et se hâta d’enfiler le sien, mais alors qu’il était debout et prêt à attraper le reste de ses affaires, ce qu’il redoutait arriva : L’autre s'était réveillé. Comme paralysé, il n’osa pas faire un geste. Même quand il entendit le prénom (il s’en souvenait maintenant) par lequel il s’était présenté la veille. Tristan. Un peu vieillot, mais indéniablement classe. En vitesse, notre faux « Tristan » tenta de se souvenir de la soirée, et de sa cible, mais il pataugeait. Il était encore un peu endormi, et surtout, l’alcool était toujours là. D’habitude, ce n’était pas du tout gênant, bien au contraire, c’était nécessaire. Sauf que normalement, il n’avait jamais à faire un tel exercice de mémoire en pleine nuit, car, « normalement », il était déjà loin.

« Et merde, pesta Ariel, bien trop bas pour que quiconque à par lui ne l’entende. »

Même pas sa conscience. Car sa conscience, que dis-je, son âme de gentleman élégant, aurait tout simplement réprouvé l’usage d’un juron de si basse extraction. Bien que dans sa situation, elle semblait tout à fait approprié. Il était totalement, irrévocablement et complètement dans la panade.

Pire qu’un insecte englué dans un pot de miel.
Et la menaçante tapette à mouches ne tarderait pas à faire son apparition…S’il ne se sortait pas de là très vite.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dight D. Deaclane
▌TOUJOURS PAS DE RANG ?

avatar
Messages : 29
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 25
MessageSujet: Re: Un Début de Journée Chaotique [PV Deaclane]   Dim 23 Jan - 18:13

    Le meilleur moyen de résister à la tentation, c’est d’y céder. Combiens de personnes s’étaient dictés cette simple phrase pour excuser leurs mauvaises conduites ? Que ce soit un adultère, un vol ou tout autre mauvaises actions, les êtres vivants aimaient s’inventer des prétextes. Pour qu’elle raison ? La conscience. Mine de rien, on avait beau essayer de l’occulter, cette petite voix intérieur était là pour nous botter le cul ! Pour ma part, j’avais appris à la faire taire. Ben ouais, à tout le temps l’entendre dans ma tête pour me sermonner, j’en avais eu juste un peu -trop- marre. Du coup, comme quand on appui sur un interrupteur, je la fis taire. Quoi que je fasse, je ne le regrettais que très rarement. Agir et réfléchir après coup, telle était ma devise.

    La pièce qui faisait office de chambre n’était éclairée que par un mince rayon de soleil, prouvant que la matinée était bien commencée. Et pourtant, ce n’est pas cela qui dérangea mon sommeil. Au contraire, le soleil avait un effet reposant lorsqu’il me réchauffait la peau. J’adorais m’allonger au soleil, le torse nu et profiter de la chaleur. Ben quoi ? Chacun ses passes temps ! Bref, respirant de façon régulière, je ne sentis même pas l’individu qui était à côté de moi … et qui tentait de façon désespérée de pousser mon bras qui entourait son torse. Oui, j’avais la sale habitude de prendre n’importe quoi dans mes bras en dormant. En l’occurrence, c’est ce pauvre garçon qui était ma « victime », si je puis dire.

    J’avais le sommeil lourd après avoir passé ma nuit à … « coacher » une personne. Mais la personne qui partageait mon lit était loin, mais très loin, d’être du genre discret. Impossible dans ce cas là de rester endormis, chose que je faisais le plus souvent dans ce genre de situation. Ben ouais, je préférais éviter les « lendemains ». Mais là … impossible d’y échapper. Soupirant, j’ouvris lentement un œil pour le refermer de la même manière … le soleil tue, avant de les ouvrir tous les deux. Silence complet. Avait-il compris que j’étais maintenant réveillé ? Sans bouger le reste de mon corps, je fis pivoter ma tête afin de le regarder. Ah oui, c’est vrai qu’il était blond. Et, s’emblait-il, en proie à la panique. Hum … peut-être, en fin de compte, que j’allais aimer ce lendemain … Soulevant mon corps, je me callais contre la tête de lit, découvrant ainsi mon torse et une partie de ma cuisse.


    « - Et bien, tu n’as pas répondus à ma question d’hier soir, Tristan, … Qu’elle est ta boisson préférée ? Dis-je d’une voix rauque et sexy qui démontrait que je venais de me réveiller.

    Les souvenirs de cette soirée remontaient lentement. J’étais sortis dehors pour me rafraichir les idées, pour le faire le vide, comme je le faisais si souvent. Quoi de mieux dans ce cas qu’un bar qui ne regardait pas forcément votre âge, mais plutôt l’argent que vous lui apportiez, hein ? Rien. J’avais prévus de boire un verre, tranquillement, avant de rentrer me coucher. Mais … le Destin capricieux mit devant ma route un blondinet qui me mit l’eau à la bouche, pour rester correcte. Me posant en temps que « chasseur », je lui avais adressé la parole en premier et fus agréablement surpris lorsque je vis que cette apparence de « tendre innocent » cachait en fait un « vilain garçon ». Souriant à mon interlocuteur, je pris ce qui me servait de couette -fine et légère- pour l’enrouler au tour de ma taille. Mon estomac criait famine. Sortant de la chambre, je me dirigeais vers la cuisine pour prendre des chamalows, le petit déjeuner bien équilibré !

    « - Hum ! Au fait, je crois bien que j’ai déchiré ton Tee-shirt hier soir, désolé … Dis-je en m’enfilant une nouvelle douceur, avant de m’appuyer contre l’encadrement dans la porte. Tu sais que tu es sexy comme ça … Repris-je en mordant ma lèvre inférieur, tout en le fixant intensément.

    Allons bon, voila que je commençais à être excité dès le matin. Et le temps qui se réchauffait lentement face à ma soudaine montée d’adrénaline … Et merde.

    « - Tu en veux ? Dis-je en lui tendant un chamalow coincé entre mes deux doigts. Avec une voix, notons le, terriblement sexy …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Un Début de Journée Chaotique [PV Deaclane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
.Once Upon a Me. :: INSIDE - STAIRS&STAGES :: ◇Troisième Plancher :: ─ Dortoirs des FIGHTERS :: #O2 ─ Loft de Dight D. Deaclane et Drathir Linath.-
Sauter vers: